Une araignée vous intéresse cliquez sur son Nom dans la liste ci dessous
 
 Le p'tit Cours (pas trop long) cliquez (......ici.....)
EPEIRE

Epeire diadème : Araneus diadematus

Epeire diadème : Araneus diadematus (nid)

Epeire fasciée : Argiope bruennichi

Epeire carrée :  Araneus quadratus

Epeire carrée : Araneus quadratus

Epeire des roseaux : Larinioides comutus 


Epeire des ponts : Larinioides sclopetarius 

Araignée courge : Araniella cucurbitina

Araignée courge : Araniella cucurbitina

Pisaure admirable : Pisaura mirabillis

Pisaure admirable : Pisaura mirabillis

Pisaure admirable : Pisaura admirabillis (nid et juvéniles)

Tibellus : Tibellus oblongus (avec proie)

Dolomedes (plantarius à certifier) 


Dysdera crocata

Dysdera crocata (identification a certifier)  

Agelena labyrinthica


Agelana labyrinthica

Meta segmenta 

Meta segmenta 

Meta segmenta

Tetragnatha extansa

Tetragnatha extansa

Tetragnatha extansa avec une proie

Tetragnatha montana 

Tégénaire

Tégénaire

Araigné loup

Pardosa amentata

Pardosa amentata (avec juvéniles) 

Araignée sauteuse

Marpissa muscosa

Salticus scenicus


Araignée crabe

Thomise  verte : Misumenops tricuspidatus

Thomise blanche : 
Misumena 

Thomise : Diaea dorsata 

Thomise : Misumena vatia


Thomise Napoleon : Synema globosum

Xysticus

Xysticus .sp

Acariens

Acarien velouté : Eutrombidium rostratus 


Acariens sur la dépouille d'un coléoptères

Tique : Ixolida 

Les Faucheux

Faucheux :phalangium opilio

Odiellus spinosus


Les Pholcidae

Pholque phalangide : Pholcus phalangioides
 
P'tit Cours

Les araignées ou aranéides (ordre des Araneae) sont des arthropodes de la classe des arachnides, avec huit pattes, sans ailes ni antennes, des yeux simples, et qui typiquement produisent de la soie. L'étude scientifique des araignées se nomme l'aranéologie. La peur irrationnelle des araignées se nomme l'arachnophobie, une des phobies les plus communes

Les araignées sont des prédateurs. Elles se nourrissent exclusivement de proies vivantes qu'elles capturent souvent à l'aide de toiles, bien que de très nombreuses espèces préfèrent la chasse à l'affût.

Comme tous les arachnides, l'araignée n'absorbe que des liquides: elle doit donc liquéfier ses proies avant de pouvoir s'en nourrir.

Les glandes séricigènes produisent de la soie filée par de petites protubérances articulées (les filières), le plus souvent au nombre de 6, situées sur la face ventrale plus ou moins à l'extrémité de l'abdomen. La soie est liquide dans les glandes, mais se solidifie en fibrilles une fois sortie par les fusules, sous l'effet de la traction exercée par les pattes de l'animal. Le fil de soie est en fait constitué par un entrelacement d'un nombre élevé de fibrilles élémentaires, de 0.05 µm de diamètre chacun. Le diamètre du fil de soie varie entre 25 et 70 µm (à diamètre équivalent, ces fils sont plus durs que de l'acier et possèdent une mémoire de forme 5 à 12 fois plus grande que le latex). Les araignées produisent plusieurs types de soie en fonction de l'usage qu'elles vont en faire. La soie collante n'est qu'un des types existant.

Principaux usages de la soie :

  • emballage des œufs (cocon)
  • tapissage du terrier des espèces qui vivent sous terre
  • confection d'armes de chasse (bolas des Mastophora, filets des Dinopis)
  • fabrication d'abri subaquatique (cloche à plongeur des Argyronètes)
  • fil de sécurité pendant un saut ou une chute volontaire pour fuir
  • fil de déplacement ( fil d'ariane )
  • moyen de dispersion aérien des jeunes (fils de la vierge, ballooning)
  • emmaillotage des proies capturées
  • tissage des toiles de mue (matelas)tissage des toiles spermatiques
  • tissage des toiles de piègeage des proies

On considère que l'usage initial de la soie était la fabrication du cocon pour protéger les œufs car les araignées considérées comme primitives ne tissent pas de toile.

Le moyen de défense le plus répandu est la morsure, qui pour la plupart des espèces n'est pas un danger notable pour l'homme. Quelques mygalomorphes ont également développé un système urticant.

Il y a deux chélicères à l'avant du corps et qui encadre la bouche : sont ces appendices qui injectent du venin. Elles sont constituées d'un gros stipe et d'un crochet mobile au bout duquel débouche le canal à venin. Presque toutes possèdent des glandes à venin mais seulement de très rares araignées sont véritablement dangereuses pour l’homme, et très rarement mortelles. Parmi ces espèces dangereuses, citons la Veuve noire (Latrodectus mactans) présente dans les régions chaudes. Les chélicères peuvent aussi servir à transporter des proies, à les dilacérer, à transporte le cocon ovigère, etc

À la différence des insectes, les araignées se constituent de deux parties: le céphalothorax ou prosome (la fusion entre la tête et le thorax) et l'abdomen. L'abdomen porte les filières ou organes qui produisent la soie, et, sauf chez quelques taxons primitifs, n'a pas retenu les segmentations externes. À l'extrémité du céphalothorax sont les pédipalpes, organes sensoriels pour l'examen des proies et leur manipulation. Chez les adultes mâles, l'extrémité du pédipalpe porte aussi le bulbe copulateur.

Les deux parties sont reliées par un fin pédoncule, qui est le dernier somite (segment) du céphalothorax. Ce somite a été perdu chez les autres arachnides, n'étant présent, par exemple, qu'à l'état embryonnaire chez les scorpions.

Le céphalothorax porte sur sa face ventrale quatre paires de pattes articulées disposées autour du sternum. Chaque patte se compose de 7 articles : de la base vers l'apex respectivement, on observe une hanche (coxa), un court trochanter, un long fémur, une plus courte patelle, un long tibia, un métatarse et un tarse. Ce dernier se termine en 2 ou 3 griffes, lesquelles interviennent dans la manipulation de la soie et dans le déplacement sur la toile. Sont associés aux pattes diverses structures liées au mode de vie particulier de chaque taxon, que ce soit des peignes pour "carder" la soie, des épines, crins, poils.qui servent d'organes sensoriels, des structures de stridulation.

Les yeux simples, placés à l'avant du céphalothorax, sont souvent au nombre de 8, mais variant fortement selon les taxons (certains n'ont pas d'yeux). La disposition oculaire, souvent un trait distinctif, est propre au taxon. Parfois une paire d'yeux est plus développée que les autres, qui alors ne détectent que des vibrations autour de l'araignée. La vision est généralement mauvaise, bien que certaines espèces activement chasseuses aient développé une très bonne vision.

Les araignées ont un système circulatoire ouvert. Leur corps est rempli d'hémolymphe, qui est pompée par le cœur aux organes. Les araignées respirent soit par des poumons en feuillets, soit par un système trachéen, soit, chez quelques petites espèces, directement à travers la peau

  • les araignées saisonnières vivent de 6 à 8 mois et meurent après avoir pondu leurs œufs.
  • les araignées annuelles vivent de 1 à 2 ans et ne peurent qu'après l'éclosion des jeunes.
  • les araignées pérennes vivent plusieurs années ( mygales, filistates)

Comme tous les arthropodes la croissance se fait par mues successives de l'exosquelette. Selon les espèces, il y a de 8 à 13 mues pour atteindre l'état adulte. Les mygales continuent de muer à peu près une fois par an après l'âge adulte.

Le dimorphisme sexuel des araignées est généralement faible, les femelles se distinguent par une taille supérieure, un abdomen plus gros. Les mâles adultes se reconnaissent en plus de leur petite taille à leurs pédipalpes qui portent à leur extrémité un organe de stockage de sperme appelé bulbe copulatoire. La différence de taille est parfois spectaculaire, comme chez les Néphiles où il est difficile de croire qu'il s'agit de la même espèce.

Les araignées sont ovipares, elles pondent des œufs, qui sont empaquetés dans un cocon de soie. En fonction de la taille de l'espèce le nombre des œufs varie de un à plusieurs milliers. Si certaines espèces abandonnent le cocon d'autres le transportent accroché aux filières ou maintenu par les chélicères. Chez ces dernières espèces, dès leur éclosion, les jeunes montent sur le dos de leur mère qui les protège et les nourrit jusqu'à ce qu'ils soient capables de se défendre.

Beaucoup d'espèces ont une parade  nuptiale élaborée consistant surtout pour le mâle à se faire distinguer d'une proie pour éviter d'être dévoré. Le cannibalisme nuptial systématique de la veuve noire (Latrodectus mactans) ou de l'argiope (Araneus diadematus) est peu répandu.

Le mâle tisse une toile spermatique où il dépose son sperme qu'il aspire ensuite dans ses bulbes copulatoires.

Haut de page
EPEIRES

L'Epeire diadème dont le nom scientifique est Araneus diadematus, est une espèce d'araignées que l'on rencontre communèment en Europe

Elle est facilement reconnaissable au dessin en forme de croix, de couleur claire, que l'on trouve sur son abdomen, qui lui est de couleur brune.

Les deux sexes de l'espèce ont un aspect assez différent, principalement au niveau de la taille. Ainsi, les individus mâles font moins d'un centimètre alors que les femelles peuvent atteindre deux centimètres et ont un abdomen plus volumineux, de forme arrondie.

Une autre de ses particularités est la création de toiles de dimensions très importantes par rapport à sa propre taille, puisqu'elles peuvent atteindre 50 cm. La toile est refaite tous les jours, en effet l'épeire ne sait pas réparer sa toile, elle est donc obligée de la recommencer tous les matins.

Epeire diadéme : Araneus diadematus
 
Epeire diadéme : Araneus diadematus : mâle et femelle photo de droite
Haut de page
Epeire diadème : Araneus diadematus (nid)
 
Epeire diadème : Araneus diadematus (nid)
Haut de page

Les argiopes (genre Argiope) sont des araignées aranéomorphes de la famille des Araneidae, à large distribution. Elles ont typiquement des dessins abdominaux de couleur dominante noire et jaune. Le mâle est d'ordinaire beaucoup plus petit que la femelle. Pour rester cryptique sur sa toile (où elle passe d'ailleurs la majorité de son temps), elles joignent leurs pattes deux par deux, ce qui lui vaut le nom vernaculaire anglais de "cross-spider" ("araignée en croix").
Elles se nourissent d'insectes et sont capables de consommer des proies jusqu'à deux fois plus grosses qu'elles. Si provoquée, elles peuvent mordre, mais la morsure de ces araignées ne présente pas un grand danger pour l'homme. Sexuellement mature avant la femelle , le mâle tisse sa toile près de celle de sa partenaire choisie . Au moment ou celle ci devient elle aussi mature, si elle est réceptive l'accouplement avec le mâle a lieu . La femelle peut produire jusqu'à trois sacs d'oeufs, qui sont de couleur brun clair, quasiment ronds et peuvent atteindre 25 mm . Chaque sac peut contenir jusqu'à 1400 oeufs . Ces cocons sont attachés à la toile, prés de l'endroit ou l'araignée se tient à l'affût, afin qu'elle puisse les surveiller

Epeire fasciée : Argiope bruennichi
 
Epeire fasciée : Argiope bruennichi
 
Epeire fasciée : Argiope bruennichi
Haut de page

L'épeire carrée ou épeire à quatre points (Araneus quadratus) est une espèce d'araignée de la famille des Araneidae, communément rencontrée en Eurasie. Les femelles peuvent atteindre 17 mm de longueur avant la ponte, les mâles mesurent environ la moitié de cette taille. L'espèce est particulièrement variable en apparence : sa couleur va du brun à l'orangé en passant par les tons de verts. Cependant les taches blanches sont toujours présentes sur l'abdomen. Les pattes ont parfois des rayures colorées.

L'araignée vit dans les jardins et les zones boisées. Elle tisse sa toile près du sol afin de capturer des insectes sauteurs comme de petites sauterelles. Elle comporte de 11 à 29 rayons et peut avoir 60 cm de diamètre. La toile de la femelle est plus élaborée que celle du mâle : elle comporte à sa marge une cachette en forme d'entonnoir où elle se réfugie en cas de mauvais temps.

Cette araignée, assez courante, voire abondante, peut attraper jusqu'à 500 insectes par jour.

L'accouplement a lieu généralement en septembre. Les œufs sont emballés dans un cocon de soie isolante qui leur permet de passer l'hiver à l'abri du gel

Epeire carrée : Araneus quadratus
 
Epeire carrée :  Araneus quadratus
Haut de page
Epeire carrée :  Araneus quadratus
 
Epeire carrée :  Araneus quadratus
Haut de page
Epeire des roseaux : Larinoides comutus 
 
Epeire des roseaux : Larinoides comutus 
Haut de page
Epeire des ponts : Larinioides sclopetarius
  
Epeire des ponts : Larinioides sclopetarius
Haut de page
Araigné courge : Ariena cucurbitina

 L'araignée courge est aussi appelée épeire concombre. Elle a été décrite à l'origine comme une espèce du genre Araneus. Commune dans les régions tempérées d'Eurasie, on la trouve dans les parcs et les jardins (en particulier sur les lilas et les rosiers), dans les buissons, à la lisière des forêts.

 Son abdomen est vert pistache avec 4 points noirs sur les côtés, ce qui permet de la distinguer de ses cousines. Sa taille est d'environ 7 mm pour les femelles, 5 pour les mâles. Les adultes portent une tache rouge à l'extrémité inférieure de l'abdomen.

 Le camouflage de l'araignée courge change avec la couleur de la végétation. À leur naissance, en automne, les jeunes sont de couleur rouge brique puis virent au brun sale pendant l'hiver. La coloration verte apparaît au printemps, à l'âge adulte.

 Sa toile, géométrique mais de forme irrégulière,a une dizaine de centimètres de diamètre. Elle comporte entre 15 et 30 rayons. L'araignée se tient généralement au milieu dans l'attente d'une proie.

Le mâle ne s'approche de la femelle que pour l'accouplement. Il doit disparaître rapidement après la fécondation pour éviter d'être dévoré par sa partenaire dont les besoins alimentaires augmentent lors de la ponte. Lorsque la nourriture est abondante ce phénomène est plus rare

Araignée courge : Ariena cucurbitina
 
Araignée courge : Ariena cucurbitina
Haut de page
Pisaure admirable : Pisaura admirabillis

La pisaure admirable (Pisaura mirabilis) est une araignée chasseuse de la famille des Pisauridés. de l'ordre des aranéides.

Elle ne tisse pas de toile pour capturer ses proies mais se nourrit en les chassant dans les herbes basses. Pour se faire reconnaître, le mâle présente à la femelle, une proie morte enrobée de soie et, probablement, imprégnée par les phéromones.de la femelle. L'accouplement dure environ une heure, pendant que la femelle consomme le présent qui lui a été fait. Quelques temps plus tard, la femelle pond les œufs dans un cocon qu'elle transporte à l'aide de ses pattes-mâchoires durant le temps de la maturation des œufs. Une fois proche de l'éclosion, elle fixe le cocon à des herbes basses. Elle fabrique alors une « pouponnière » de soie, sorte de cloche de soie dans les herbes, où les jeunes vont demeurer. Elle reste à proximité de cette cloche durant les premières phases de développement des jeunes, cloche qu'ils ne quittent qu'après leur seconde mue, lorsqu'ils deviennent capables de chasser et se nourrir.

La femelle mesure de 10 à 15 mm, le mâle 10 à 12. La coloration générale varie du gris au brun. Le céphalothorax comporte une large bande longitudinale sombre avec au milieu une ligne blanche ou jaune terminée vers l'avant par une touffe de poils. Une trainée claire très nette part des yeux latéraux vers l'arrière. L'abdomen est de couleur très variable et plus claire sur les côtés, le folium sombre a un contour ondulant plus nettement délimité chez le mâle que chez la femelle.

Pisaure admirable : Pisaura mirabillis
 
Pisaure admirable : Pisaura asmirabillis
Haut de page
Pisaure admirable : Pisaura admirabillis
 
Pisaure admirable : Pisaura admirabillis photo à gauche juvéniles sortis du cocon, photo de droite le cocon est visible
Haut de page
Tibellus : Tibellus oblongus 
 
Tibellus : Tibellus oblongus 
Haut de page
Dolomedes (plantarius à certifier) 
  
Dolomedes (plantarius à certifier) 
Haut de page
Dysdera crocata ( identification a certifier) 
Dysdera crocata ( identification a certifier) 
 
Dysdera crocata
Haut de page
Agelena labyrinthica
Agelena labyrinthica
 
Agelena labyrinthica 
Haut de page
Meta segmenta
Meta segmenta
 
Meta segmenta 
Haut de page
Meta segmenta
 
Meta segmenta mâle et femelle 
Haut de page
Tetragnatha extansa

Les Tetragnathidae sont une famille d'araignées aranéomorphes au corps allongé et à l'abdomen au reflet métallique. Elles tissent une toile orbitèle (ce qui rappelle les Araneidae) caractérisée par un moyeu ouvert, un nombre faible de rayons et une spirale collante relativement lâche. La famille compte environs 50 espèces, qui privilégie les habitats humides (surtout près de l'eau).
 
Tetragnatha extansa 
 
Tetragnatha extansa 
Haut de page
Tetragnatha extansa 
 
Tetragnatha extansa avec une proie prise dans la toile
Haut de page
Tetragnatha montana 
 
Tetragnatha montana 
Haut de page
Tégénaire

Les tégénaires (genre Tegenaria) sont des araignées aranéomorphes de la famille des Agelenidae, de distribution cosmopolite, de taille entre 5 et 13 cm (pattes comprises) et de couleur brun foncé-noir. Elles présentent des dessin abdominaux fins qui varient en fonction du taxon. On les rencontre très souvent dans les habitations.
 
Tégénaire
 
Tégénaire
Haut de page
Araignée loup
Pardosa amentata 
  
Pardosa amentata : sur la photo de gauche on voit le cocon ,qui contient les oeufs sur l'abdomen 
Haut de page
Pardosa amentata
 
Pardosa amentata :  sur ces photos les juvéniles restent sur l'abdomen de la mére
Haut de page
Araignée sauteuse

Les Salticidae sont une famille d'araignées aranéomorphes de taille moyenne ou grande. Les espèces de la faune de France mesurent de 3 mm à 22 mm (longueur du corps d'un individu adulte). Les plus grands individus connus dans le monde atteingnent 30 mm (longueur du corps d'un individu adulte). Elles chassent en courant et en bondissant sur leurs proies. Elles ont de petits yeux antérieurs dispoés en ligne droite, et deux yeux postérieurs très gros. Les femelles transportent leurs œufs dans un cocon accroché aux filières ou leurs jeunes sur le dos.
 
Salticus scenicus
 
Salticus scenicus 
Haut de page
Marpissa muscosa
 
Marpissa muscosa
Haut de page
Araignée crabe

La famille des Thomisidae est un taxon d'araignées aranéomorphes. Plusieurs espèces sont mimétiques de diverses parties végétales (surtout les fleurs), qui leur servent de support pour la chasse à l'affût. Elles ont des pattes antérieure I et II plus fortes et plus longues que les postérieures III et IV et dirigées latéralement, ce qui leur valent le nom vernaculaire d'araignées-crabes. Certaines espèces sont parfois baptisées thomises.
 
Thomise : Misumena vatia
 
Thomise : Misumena vatia
Haut de page
Thomise : Diaea dorsata
 
Thomise : Diaea dorsata 
Haut de page
Thomise blanche : Misumena
 
Thomise blanche : Misumena
Haut de page
Thomise  verte : Misumenops tricuspidatus
Thomise  verte : Misumenops tricuspidatus
Haut de page
Thomise Napoleon : Synema globosum
 
Thomise Napoleon : Synema globosum
Haut de page
Xysticus
Xysticus (sp)
 
Xysticus sp
Haut de page
ACARIENS
Araignée rouge

L'araignée rouge ou tétranique tisserand est un acarien qui a peu à voir avec les araignées. Le tétranique est un prédateur fréquent en environnement sec (tel que les serres d'horticulture) où il est généralement considéré comme nuisible. Une simple humidification régulière des zones atteintes permet le plus souvent d'éliminer le problème.

L'araignée rouge tisse de fines toiles sous les feuilles des végétaux. Elle pond ses œufs sur les végétaux et se nourrit de leur sève, ce qui affaiblit la plante et peut contribuer à répandre les maladies.

L'araignée rouge mesure moins d'un millimètre et change de couleur selon la saison. Elle est vert brun en été avec deux points noirs mais vire au rouge à l'approche de l'hiver.

Acarien velouté : Eutrombidium rostratus 
 
Acarien velouté : Eutrombidium rostratus 
Haut de page 
Acariens sur la dépouille d'un coléoptère
  
Acariens sur la dépouille d'un coléoptères
Haut de page 
Tique : Ixolida
 
Tique : Ixolida : Gorgée de sang photo à droite
 
Tique : Ixolida : La vidéo montre une Tique qui  dévore une autre Tique
Haut de page
 Les Faucheux

Les opilions (Opiliones), mieux connus sous le nom vernaculaire de « faucheurs » ou « faucheux », appartiennent à la classe des arachnides, tout comme les araignées, les scorpions et les acariens.

Les opilions se distinguent des araignées par le fait que leur abdomen segmenté et leur céphalothorax sont soudés. Ils possèdent quatre paires de pattes qui sont habituellement longues et fines. Le régime alimentaire des opilions s'apparente à celui des araignées (elles sont carnivores). Contrairement aux araignées, qui ne consomment que le produit de leur chasse, les opilions peuvent se nourrir de cadavres d'insectes et d'autres petits animaux.

Les pattes d'opilions se détachent facilement (l'autotomie) et il est fréquent de rencontrer des individus avec moins de huit pattes.

Faucheux :phalangium opilio
 
Faucheux :phalangium opilio
Haut de page
Odiellus spinosus
 
Odiellus spinosus
Haut de page
Pholcidae
Araignée typique des maisons, elle se reconnaît aisément à ses très grandes pattes . Le Pholque phalangide réside dans les caves, dans les coins des pièces, en haut des fenêtres où il tisse une toileirrégulière. Il s'y tient accroché, les pattes en haut, le corps en bas.
Pholque phalangide : Pholcus phalangioides
 
Pholque phalangide : Pholcus phalangioides
Haut de page
Afficher la suite de cette page



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement